Ali Türek

 

ali.turek
Ali Türek

Istanbul, c’est ma ville de naissance, de mes 25 premières années. C’est la ville où je suis né, où j’ai grandi. Puis, il y a Paris. La ville que j’ai adoptée en pleine conscience et où je vis actuellement. Ce sont deux villes qui m’ont formé dans tous les sens du terme. 

Après mes études de droit à l’Université Galatasaray à Istanbul, Je suis venu m’installer à Paris. Après un diplôme de master en droit public comparé européen à Paris I, j’ai terminé un deuxième master en science politique à Paris VIII. J’ai également suivi des formations en didactique des langues.

Ma principale activité professionnelle repose actuellement sur deux piliers : Rédaction des notes et des rapports juridiques et enseignement de la langue turque. Je contribue, par ces deux axes de mon activité, à ce que de nombreux acteurs individuels ou institutionnels en France connaissent mieux la Turquie d’aujourd’hui et ses évolutions juridiques et sociales.

Passionné de traduction, linguistique et littérature contemporaine, J’ai publié de nombreux travaux et critiques. Je continue régulièrement à contribuer à l’unique journal francophone publié à Istanbul.

Il y a cinq ans, j’avais voulu lier deux villes qui m’avaient tant marqué, Paris et Istanbul, par cette union de la langue et du droit. Je continue toujours à vouloir établir un pont entre les deux pays, la France et la Turquie. 

* * * 

Meilleur spot parisien : Toutes les terrasses des bars de la ville 

Un week-end idéal : Fait par des aller-retours constants entre Paris et İstanbul

Un après-midi calme : Traduire en turc des passages de Marguerite Duras et de Romain Gary

Meilleur spot stambouliote : Un verre de ‘çay’ à Moda face à la silhouette de la vieille İstanbul 

Meilleures voix de la chanson turque : Tanju Okan et Ayten Alpman, deux voix fumées d’exception, la seconde étant, de plus, la précurseur du jazz en Turquie 

Rencontre de rêve : J’aurais aimé prendre un verre en compagnie de Ayten Alpman et de Charles Aznavour