Maëla Cariou

Maëla Cariou

Née à Perros-Guirec en terres bretonnes en 1993, j’ai poursuivi mon cursus universitaire à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble avant de venir en région parisienne il y a plus de deux ans maintenant. M’installer à Paris n’était pas mon objectif premier mais je me suis petit à petit laissée absorber par le dynamisme de cette ville qui me plaît beaucoup.

Pour ce qui est de ma rencontre avec la Turquie, je dirais qu’elle a débuté à l’université par l’apprentissage de la langue turque, par des travaux de recherche universitaires ainsi que des séjours de plus ou moins de courte durée dans ce pays. Mon échange Erasmus dans une université stambouliote n’a fait que renforcer mon amour pour cette ville et je m’y sens presque comme chez moi désormais. Pour avoir séjourné dans d’autres villes turques, je pense qu’Istanbul a vraiment quelque chose d’unique, à la fois beau et dur, mais qui fait qu’elle nous entraîne et qu’on tombe amoureux d’elle.

Je travaille actuellement en gestion de projet et administrative dans le secteur associatif et celui des ONG en région parisienne. J’ai eu également des expériences dans ces domaines d’activité à l’étranger, notamment au Liban et en Turquie, en travaillant sur des projets pour les réfugiés et dans des associations féministes. J’aime aller au cinéma, aller au musée avec des amis et prendre des photos à mes heures perdues.

J’ai voulu m’impliquer avec les Turquoises car j’ai pu passer des bons moments grâce à leurs événements et je souhaite faire partager cette initiative à un plus grand nombre de personnes possible. Je suis également curieuse des langues étrangères et des initiatives qui font découvrir différentes cultures.

Quartiers préférés à Paris : le 11eme arrondissement, la Butte aux Cailles et le Canal de l’Ourcq

Quartiers préférés à Istanbul : Fener-Balat et les bords du Bosphore (Emirgan, Kanlıca, Anadolu Hisarı)

Livre favori en littérature française : Au Bonheur des Dames d’Emile Zola

Livre favori en littérature turque : Seher de Selahattin Demirtaş

Musée parisien préféré : le musée Guimet (musée national des arts asiatiques)

Musée stambouliote préféré : Deniz müzesi (Musée maritime) & Masumiyet müzesi (Musée de l’Innocence)