Quentin Fondecave

Quentin Fondecave
Crédits photo : M. Eid

Né à Chartres, ville provinciale, véritable bijou médiéval, à quelques kilomètres seulement de Paris. C’est la ville où je suis né, où j’ai grandi. Puis, il y a Paris. La ville que j’ai adoptée en pleine conscience et où je vis actuellement. Ce sont deux villes qui m’ont formé dans tous les sens du terme. 

Mes études commencent à Tours, autre ville du Moyen-Âge… En prépa scientifique au Lycée Descartes. Avant de rejoindre ensuite l’Institut Polytechnique de Grenoble, école d’ingénieurs aussi appelée « Grenoble INP », en spécialité Génie industriel. Grenoble, bercée de ses montagnes vertes et sauvages. La Bastille, incontournable promontoire pour balades monument. Le vélo, compagnon pour tout et partout, dans cette ville dite « la plus plate d’Europe ». Les associations, jeunes, dynamiques, solidaires et engagées. C’est ici que je rencontre Emir, à l’occasion d’une sortie découverte de la Chartreuse, son monastère, ses arômes, ses mystères de liqueur.

C’est graĉe à Grenoble que je découvre Barcelone… 6 mois d’Erasmus, qui m’auront fait découvrir tant de choses sur les cultures qui peuplent le monde… Hollandais, Danois, Coréennes, Allemands, Italiens… Je sortais chaque semaine avec le monde entier. Barcelone et ses traditions culturelles. La fière sardane (dans traditionnelle), ses belles chansons (les havaneres), la langue… Tout un programme !

Après un court passage à Lyon (et ses inoubliables apéros collectifs quai du Rhône), je monte finalement à la capitale. Paris, ville lumière. Pour un Master Recherche à l’Université Paris-Dauphine, en Stratégie d’entreprise. Avec le soutien du Pr. Bernard de Montmorillon, ancien Président de l’université, j’ai écrit un mémoire de recherche sur « la soutenabilité du modèle d’affaire d’un collectif artistique ». J’apprends également plein de choses utiles sur les réseaux, le leadership et les émotions, sur l’intelligence économique. Je remporte en équipe le Trophée de l’intelligence économique, sur le thème précurseur du lien entre les GAFA et la Santé.

Je reste avant tout à Paris par passion… pour la musique. En effet, j’ai la chance pendant 3 ans de suivre les cours de Sébastien Marq en flûte à bec. Puis à Versailles, je participe aux merveilleux « ateliers baroques » de Blandine Ranou, où j’apprends non plus la musique avec les doigts, mais avec le corps. Des hauts et des bas plus tard, je m’essaie en parallèle à un nouvel instrument : le basson, aux côtés de Jérémie Papasergio… à Tours, le retour.

En parallèle, je poursuis ma carrière professionnelle en tant qu’ingénieur Méthodes & Management de la Qualité. Je suis passionné par tout défi d’amélioration. Mon rôle consiste à structurer et harmoniser les méthodes de travail de mes collègues, de manière à améliorer la satisfaction de nos Clients, et à gagner en efficacité. Je suis souvent amené à jouer le rôle de « médiateur » ou de « traducteur » entre les équipes, entre les strates hiérarchiques.

* * * 

Meilleur spot parisien : Les quais de Seine, particulièrement autour du Pont Neuf.

Un week-end idéal : Balade en forêt, ou le long d’un cours d’eau, et ciné ou apéro dimanche soir.

Un après-midi calme : Expo, expo, expo !!

Meilleur spot barcelonais : Le cloître paisible de la BIbliothèque Nationale de Catalogne, au centre du Raval… Un havre d’histoire, de paix et de poésie, peuplé d’arcades de pierres ou de végétaux et de fontaines, complètement inattendu au milieu de cette ville grouillante !!

Groupe hispanophone préféré : El Cuarteto de Nos. Du rock. Du bon son. De chouettes paroles.